Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 janvier 2015 7 04 /01 /janvier /2015 17:14

17 janvier 1975-17 janvier 2015, la loi sur l’avortement a 40 ans. MANIFESTATION NATIONALE POUR LES DROITS DES FEMMES. En avant toutes ! Nous devons continuer le combat !

 

Le droit à l’avortement, des années de combat

 

Depuis 1920 : les femmes ont l’interdiction de disposer de leur corps. Leur vie sexuelle se réduit au droit à la reproduction.


1971 : publication du Manifeste des 343 femmes qui déclarent avoir avorté.


1972 : procès de Bobigny.


1973 : publication du Manifeste des 331 médecins déclarant avoir pratiqué l’avortement et création du MLAC (Mouvement pour la Liberté de l’Avortement et de la Contraception). Celui-ci se livre à une pratique illégale de l’avortement par la méthode par aspiration.

 

Le 17 janvier 1975 : promulgation de la loi sur l’avortement (précédée d’une loi autorisant la contraception). Elle est adoptée pour 5 ans à l’essai.


6 octobre 1979 : Nous sommes 50 000 dans la rue pour confirmer définitivement la loi.


1982 : obtention du remboursement de l’IVG après de nouvelles mobilisations.


Durant les années 90 : actions de commandos contre les CIVG.


27 janvier 1993 : obtention par la CADAC du délit d’entrave à l’IVG.


Loi du 4 juillet 2001 : l’ANCIC*, la CADAC* et le MFPF* obtiennent la loi qui reconnaît comme droit unique, le droit à la contraception et à l’avortement. Enfin l’IVG sort du Code pénal !

Le combat des femmes pour le droit à disposer de leur corps est un combat permanent.


Le droit à l’avortement est toujours fragile. En Espagne, il a bien failli ne plus exister. Sans les manifestations massives de rue et la solidarité internationale, les femmes de ce pays ne pourraient plus accéder à ce droit.
En France, de nos jours, la loi Bachelot sur l’hôpital dite loi « Hôpital Patients Santé Territoire » entraîne, entre autres, la fermeture de nombreuses maternités où sont pratiquées les IVG.
Ces fermetures compliquent l’accès à l’avortement et tendent à le réduire gravement.

Prenant appui sur la crise financière de 2008, les gouvernements successifs nous imposent des politiques d’austérité. Tout en faisant des cadeaux au patronat, ils détruisent les services publics : réduction de personnel et de moyens, privatisations, fermeture de structures notamment dans la santé.
Les conséquences de ces choix politiques touchent de plein fouet les femmes. En effet, ce seront-elles qui s’occuperont à la maison des malades, des personnes âgées etc… et abandonneront leur travail !

Ces réductions de dépenses mettent en péril l’existence des associations qui luttent pour les droits des femmes.

Les mouvements réactionnaires sont à l’offensive, réactivent et développent leurs réseaux. Ils véhiculent et déversent des idées nauséabondes, anti démocratiques, rétrogrades, sexistes, LGBTIphobes. Ils rêvent d’une vision de la famille passéiste et de renforcer encore les inégalités femmes/hommes.
Le gouvernement n’a cessé de reculer devant eux : sur les ABCD de l’égalité, sur les stéréotypes de genre. Il a aussi reculé sur la PMA pour toutes les femmes qui était pourtant une promesse du candidat Hollande.
A contrario, il reste inflexible sur nos revendications.

 

C’est pourquoi le mouvement féministe

appelle à reprendre la rue pour :

 

  • l’abrogation de la loi Hôpital Patients
  • Santé Territoire
  •  
  • le maintien et le développement des
  • services publics
  •  
  • un centre d’IVG dédié par hôpital avec le choix de la méthode
  •  
  • des moyens pérennes pour les associations
  •  
  • la PMA pour toutes les femmes
  •  
  • le rétablissement, développement et extension des ABCD de l’égalité
  •  

En 1975 on s’est battu,on a obtenu des nouveaux droits !


En 2015,il est grand temps de reprendre la rue !

 

En avant toutes : le 17

 

janvier 2015, 14 h 30 à

 

Bastille !

 

* CADAC : Coordination des Associations pour le Droit à l’Avortement et à la Contraception
* ANCIC : Association Nationale des Centres d’IVG et de Contraception
* MFPF : Mouvement Français pour le Planning Familial

Premiers signataires : CNDF, ANCIC, Association Bi’Cause, Association de Solidarité avec les Femmes Algériennes, Atalante Vidéos Féministes, ATTAC, CADAC, Collectif 13 pour les Droits des Femmes, Collectif 20è/Tenon, Collectif Droits des Femmes 80, Coordination Lesbienne en France, les éfFRONTé-e-s, L’égalité c’est pas sorcier, Ensemble !, Fédération Nationale Solidarité Femmes, Féminisme Enjeux -Théâtre de l’Opprimé, Féministes pour une autre Europe, Femmes égalité, Femmes en lutte Bagnolet, Femmes migrantes debout, Femmes solidaires,Fières, Fondation Copernic, FSU, Inter LGBT, Jeunes de l’Union Démocratique Bretonne, Ligue des droits de l’Homme, Ligue des Femmes Iraniennes pour la Démocratie, Maison des Femmes de Montreuil, Mouvement du Christianisme social, MJCF, NPA, Parti de Gauche, PCF, Planning Familial, Rajfire, Regards de Femmes, Réseau Féministe « Ruptures », Si les femmes comptaient, Snuep-FSU, SNUipp-FSU 13, Union Syndicale Solidaires.

Avec le soutien de SOS Homophobie.

Repost 0
Published by convergence services publics 37 - dans droit des femmes
commenter cet article
2 mars 2012 5 02 /03 /mars /2012 15:14

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’égaLité SE CLamE aUSSi daNS La rUE

manifestation - 18h30 - Nation-Bastille

8 marS

Journée internationale de lutte pour les droits des femmes.

Journée de solidarité avec les femmes qui se lèvent et combattent partout

de par le monde, notamment celles qui sont au coeur du printemps arabe.

PREMIERS SIGNATAIRES : Collectif national pour les Droits des Femmes, CADAC, Agir contre le chômage, APEL-Egalité, Association Départementale 75 Planning Familial,

Association panafricaniste des droits civiques des femmes, Atalante vidéos féministes ATTAC, Catw International, Centre LGBT Paris-IdF, Les Chiennes de Garde-Encore

féministes, Collectif Faty Koumba, Collectif féministe contre le viol, Collectif de Pratiques et de Réflexions Féministes «Ruptures», Coordination Lesbiennes en France,

DAL, DECIL (Démocratie et citoyenneté locale à Mantes la Jolie), Editions iXe, L’égalité c’est pas sorcier, Féminisme-Enjeux, Femmes Libres Radio Libertaire, Fondation

Copernic, FSU, Gauche unitaire, Groupe Nanas du Mantois, Maison des Femmes de Montreuil, Manifeste des Libertés, Marche Mondiale des Femmes Paris Île-de-France,

MJCF, Mouvement du Nid-France, Mouvement Jeunes Femmes, Osez le Féminisme, PCF, Parti de Gauche, Rajfire, Réseau Féministe «Ruptures», SOS Sexisme, UEC,

Unie(e)-vers-elles-Groupe d’études et d’actions féministes Tunisien, Union des femmes socialistes des Actit, Union syndicale Solidaires, UNEF, Femmes égalité, Femmes

solidaires, Alternative libertaire, Association des Tunisiens de France, Intersyndicale CGT-CFDT-SDFE…

De lutte, vous avez bien lu ! Oui, car les femmes, surtout

les plus précaires, ont de quoi lutter.

Des salariées de Lejaby qui sont jetées à la rue malgré l’emballement

actuel pour le «

 

Produisons français

» à celles qui galèrent

pour trouver un centre d’interruption volontaire de

grossesse (CIVG) qui ne soit pas en passe de déménager, en

passant par celles qui sont malmenées dans un procès pour

viol, ou celles qui font le ménage chez les autres et gardent les

enfants sans pouvoir obtenir de papiers, ou celles qui ne trouvent

pas de logement décent parce qu’il n’y a pas assez de logements

sociaux ou parce qu’ils sont trop chers, le contexte

ne s’arrange pas.

Les élections sont là, demain. C’est l’occasion de réaffirmer

nos revendications, de virer Sarkozy et les siens et nous ferons

tout pour. Mais c’est aussi le moment privilégié pour les candidatEs

de dresser toute une liste de mesures à adopter mais

aussi, au nom des problèmes prioritaires qu’il faut résoudre

prioritairement avec des mesures prioritaires, rendre les

femmes et leur situation invisible comme est invisible le travail

domestique que les femmes se coltinent à longueur d’années.

Nous en avons marre d’être invisibles.

Nous en avons marre de ne pas être un sujet prioritaire.

Nous en avons marre de ne pas bénéficier de nos droits

fondamentaux, inscrits pourtant dans la loi.

Nous en avons marre de ne pas avoir l’égalité salariale et

de pas pouvoir avorter parce que c’est trop tard, parce

qu’on n’a pas trouvé de CIVG, et de faire tout le travail domestique

et de s’entendre dire que c’est pas vrai, qu’on n’a

pas été violées et de voir nos retraites rognées au nom de

la lutte contre leur dette et leurs déficits et de voir Marine

Le Pen se positionner comme la sauveuse universelle alors

qu’elle ne distille que la haine et ne veut surtout rien changer

à ce système libéral, de nous entendre dire que faire

des dizaines de passes par jour c’est la libre disposition de

son corps.

Nous en avons marre d’être une cerise sur

le gâteau, un supplément d’âme, un « de

surcroît » dans un discours.

CE QUE NOUS VOULONS

􀀀

 

 

l’égalité salariale maintenant

􀀀

 

 

la suppression de la loi HPST pour arrêter le démantèlement de l’hôpital public

et sauvegarder nos maternités et nos CIVG

􀀀

 

 

une loi-cadre contre les violences faites aux femmes

􀀀

 

 

faire barrage à la GPA qui accentue la marchandisation du corps des femmes

􀀀

 

 

une véritable éducation non sexiste et non lesbophobe

􀀀

 

 

la régularisation des sans-papier-e-s

􀀀

 

 

le droit d’asile pour les femmes persécutées pour fait de sexisme et de lesbophobie

􀀀

 

 

pour une véritable politique abolitionniste, incluant une vraie réinsertion des personnes prostituées,

l’abrogation du délit de racolage et une politique de responsabilisation et de pénalisation des clients

􀀀

 

 

un vrai ministère des Droits des femmes  

avec de vrais pouvoirs,

la sauvegarde de nos associations assurant des missions de service public

􀀀

 

 

l’application de la loi Dalo (droit au logement opposable),

l’hébergement inconditionnel de toutes les femmes, avec ou sans pap

Repost 0
Published by convergence services publics 37 - dans droit des femmes
commenter cet article
30 mars 2010 2 30 /03 /mars /2010 06:43
UNE VICTOIRE DE LA LAÏCITÉ EN POLOGNE
 
Par le Mouvement politique d’éducation populaire (M’PEP)
 
Le 29 mars 2010.

 
Le 10 février dernier, le M’PEP a diffusé un texte intitulé « Atteintes au droit des femmes et à la laïcité en Pologne » rédigé par Monika Karbowska de l’Initiative Féministe Européenne France.
 
http://www.m-pep.org/spip.php?article1616
 
Ce texte exposait la situation d’Alicja Tysiac, jeune femme polonaise, qui avait fait condamner en 2007 l’État polonais par la Cour européenne des Droits de l’Homme pour refus d’interruption volontaire de grossesse (IVG). Calomniée par l’Église et les médias catholiques, traitée de « meurtrière » et comparée aux « criminels nazis », elle avait porté plainte en diffamation contre l’hebdomadaire épiscopal à grand tirage « Gosc Niedzielny » (« L’Invité du dimanche ») et l’archevêché de Silésie.
 
Le M’PEP, avec d’autres organisations, avait appelé à se mobiliser dans la perspective de la première audience en appel qui avait lieu le 19 février à Katowice.
 
Nous sommes aujourd’hui en mesure d’annoncer que le jugement en appel prononcé le 5 mars a donné raison à Alicja.  Le magasine catholique « Gosc Niedzielny » et l’Archevêché de Katowice devront publier des excuses à Alicja Tysiac pour l’avoir comparée aux « criminels nazis » et pour avoir employé à son encontre des discours de haine. Ils devront également payer 30 000 zlotys (environ 8 000 Euros) de dédommagement ainsi que les frais de justice !
 
Pour lire le communiqué de Monika Karbowska et Teresa Jakubowska, cliquez ici :
http://www.m-pep.org/spip.php?article1659

 
Repost 0
Published by convergence37 - dans droit des femmes
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de convergencesp37.over-blog.com
  • Le blog de convergencesp37.over-blog.com
  • : agir pour les services publics et biens communs
  • Contact

Recherche

Liens