Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 décembre 2014 5 19 /12 /décembre /2014 18:52
 
A l'occasion de la venue  de Guillaume Pepy, président de la SNCF, à Tours le 17 décembre, la Convergence 37 de défense et développement des services publics a participé à un rassemblement avec les cheminots CGT et Sudrail (communiqué ci-dessous)
 Guillaume Pepy a bien voulu nous recevoir ensuite. Nous lui avons fait part de notre souhait de voir préserver un service public SNCF au service de tous dans les territoires.
Nous l'avons interrogé sur plusieurs points:
 
- la tarification:
Les prix du billet de train ont augmenté de 16% en 6 ans; un aller-retour Tours Paris en TGV coûte 126 euros au tarif plein, ce qui est dissuasif pour nombre d'usagers.
Guillaume Pepy nous a répondu  que l'augmentation décidée pour 2015 résulte de l'augmentation de la TVA sur les transports (qui est passé de 5,5% à 10%). Il indique que 80% des personnes qui prennent le train la matin et le soir sont indemnisées par leur entreprise et/ou la région.
Commentaires :
Il demeure les 20% restant et tous ceux qui renoncent à prendre le train pour des raisons de coût. Cela représente également un manque à gagner pour la SNCF pour peu que les tarifs soient mieux adaptés aux possibilité des différents publics.
 
- la desserte de St-Pierre-des-Corps -Tours avec l'ouverture de la ligne LGV en 2017
Guillaume Pepy nous a déclaré que le niveau de desserte actuelle serait  maintenu, les difficultés se situant au sud de Tours( Châtellerault- Poitiers,...).
Un travail demeure sur les liaisons TER-TET-TGV, on en saura plus vers mars-avril (affaire à suivre).
Nous l'avons interrogé sur les questions tarifaires liées à la ligne LGV Tours-Bordeaux en liaison avec le coût du PPP. Guillaume Pepy ne nous rassure pas en disant indispensable de faire un audit sur le PPP.
 
-la liaison rapide Tours Saint-Pierre-des-Corps:
Guillaume Pepy fait part de son accord pour engager une réflexion en ce sens. Une discussion doit s'engager avec le maire de Tours et les élus de l'agglomération.
 
Nous n'avons pas pu aborder la question du fret qui est une question importante pour l'agglomération vu les nuisances occasionnées par un trafic poids lourds en augmentation sur l'A10.
 
La convergence 37 poursuivra la réflexion sur les questions liées au transport ferroviaire d'autant que nous avons  convenu de maintenir un lien avec la direction de la SNCF. Les personnes intéressées à y participer sont les bienvenues. 
 
 
 
 
Ci après l'expression commune Convergence,  cheminots CGT  et Sudrail
 

Ensemble : usagers, cheminots pour un service public  SNCF  efficace et  accessible à tous

 

Les transports, le transport ferroviaire en particulier, sont au cœur de notre quotidien.

La SNCF appartient à la nation. Elle doit être au service de tous et au service du développement des territoires.

 

Mais, ce que les usagers et les salariés constatent depuis des années, c'est l'assujettissement du service public à la logique de rentabilité financière.

 

Ce que vivent  les usagers, c'est l'augmentation des tarifs de 16% en 6 ans, les dissuadant de plus en plus de choisir le train comme mode de transport. C'est aussi la perte de qualité de service qu'illustrent notamment les retards réguliers.

 

Dans le domaine du transport des marchandises par fer, l’ouverture à la concurrence dictée par la commission européenne et mise en œuvre par l'Union Européenne a conduit à ce que ce mode de transport alternatif à la route ne représente plus que 9% du total (20,5% en 2000). Le résultat est la multiplication du trafic poids lourds, par exemple sur l'autoroute A10 avec les nuisances qu'il induit.

 

Cette orientation s'accélère aujourd'hui avec la mise en  application de la loi ferroviaire votée le 4 août 2014  qui vise à mettre la SNCF en concurrence et à faire payer la note de ce choix dogmatique aux usagers et aux cheminots.

 

L'avenir des trains d'Equilibre du territoire (corail, trains de nuit,...) est en question. L'Etat veut se désengager de certaines lignes jugées non rentables en les transférant sur les régions dont les budgets sont déjà contraints. En application de la logique financière, la Cour des comptes demande aux régions de fermer des lignes TER...

 

Il y a derrière toute cela la préparation de la privatisation du transport ferroviaire régional alors que le service public de proximité que sont les TER a largement prouvé son efficacité.

 

Des annonces ont été faites pour augmenter encore le billet de train, notamment du TGV. Trop cher le train? Mais prenez le bus ! C'est ce que préconisent et réalisent déjà (Presqu'île Guérandaise) la SNCF et gouvernement, via même des filiales autocaristes de la SNCF! Autant revenir aux diligences !

 

C'est un comble alors que la France doit accueillir la conférence sur les changements climatiques dont l'un des principaux responsables est le transport routier !!!

 

Pour les cheminots, ces orientations signifient suppressions d'emplois, mise en cause du statut et dégradation des conditions de travail et cela alors même que des besoins de recrutement existent et permettraient d'offrir un service public de qualité et des emplois stables à ceux qui n'en n'ont pas.

 

 

Les Cheminots CGT  de la région de Tours, SUDRAIL et la Convergence 37 de Défense et développement des Services Publics appellent à agir pour :

 

-      la défense du Service Public ferroviaire et lui donner les moyens d'assurer ses missions  pour l'égalité d'accès et de traitement des citoyens, le droit au transport, l'aménagement harmonieux du territoire.

 

-      le maintien des gares, des boutiques SNCF, notamment à Chambray-les-Tours, avec une présence de personnel SNCF pour l'accueil, l'information et la sécurité des usagers.

 

-      le maintien des liaisons directes TGV desservant Tours, en cohérence avec les schémas d'aménagement du territoire emploi/habitat qui ont construit l'agglomération tourangelle. L'objectif de mettre Bordeaux à 2H05 de Paris, avec l'ouverture de la ligne LGV SEA en 2017,  ne doit pas mettre en cause les arrêts sur notre agglomération.

 

-      des tarifs permettant un accès au train à tous les citoyens, notamment les familles, les chômeurs et les plus modestes.

 

-      des investissements dans le ferroviaire pour assurer l'entretien du réseau,  la continuité et le respect des horaires, développer le transport de marchandises par fret et contribuer aux objectifs des Plans Climat territoriaux SNCF. La remise en route d'une navette ferroviaire entre Tours et Saint-Pierre-des-Corps doit aussi être dans les priorités.

 
 
Repost 0
Published by convergence services publics 37 - dans droit aux transports
commenter cet article
9 décembre 2014 2 09 /12 /décembre /2014 15:34

Repost 0
Published by convergence services publics 37
commenter cet article
8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 14:27

Non au Partenariat-Public-Privé pour les collèges d’Indre et Loire et aux budgets d’austérité imposés aux collectivités

Le Conseil général prévoit à son ordre du jour du vendredi 12 décembre le lancement d’un contrat de partenariat public-privé pour la rénovation de 8 collèges, sous le prétexte de l'urgence. Cette opération s’inscrit aussi dans la mise en œuvre des politiques d’austérité avec la réduction des dotations de l’Etat aux collectivités territoriales.

A l’initiative du syndicat CGT du conseil général et de la Convergence37 de défense et développement des Services Publics, un débat public eu lieu le 2 décembre. Il a rassemblé largement des associations, des syndicats, des partis politiques, des élus du Conseil général et des citoyens.

Le caractère contestable d’un choix qui participe d’un démantèlement de la mission de service public du Conseil général au profit du privé a été mis en évidence.

En effet, la collectivité publique pendant 20 ans paiera un loyer et n’aura plus la libre responsabilité de l’entretien des locaux rénovés et la pleine propriété des locaux qu’au terme du complet règlement !

Sur le plan financier, comme cela a été exposé, le coût risque d’être bien plus élevé et devra être supporté par la population.

Les PPP sont au bénéfice exclusif des grands groupes (Bouygues, Eiffage, Vinci, …) associés à des banques ou à des organismes financiers qui réaliseront les profits et imposeront à leurs multiples sous-traitants en cascade des prix à la baisse, étranglant ainsi financièrement les PME.

Le recours aux grands groupes est un choix délibéré, ainsi explicité lors de la réunion par les élus majoritaires du Conseil général : «faire travailler les petites entreprises locales leur fait courir un risque en cas de faillite».

La Convergence 37 de défense et développement des services publics appelle à un large rassemblement, agents du conseil général, associations et citoyens attachés à la défense du service public, élus et forces politiques pour demander le report de la décision de créer un partenariat public privé.

Elle demande l’ouverture d’un espace de débat sur les alternatives en prenant appui sur les potentialités du service public et en privilégiant l’emploi local.

Elle dénonce par ailleurs l’asphyxie financière des services publics, leurs moyens sont amputés de 50 milliards au profit de nouvelles aides sans contreparties allouées aux grandes entreprises, bénéficiaires en grande partie de ce pactole.

Rassemblement le vendredi 12 décembre à 12H place de la préfecture devant le Conseil général avec prises de parole des organisations.

Repost 0
Published by convergence services publics 37 - dans actualité
commenter cet article
8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 14:11

Non au Partenariat-Public-Privé pour Les collèges d’Indre et Loire et aux budgets d’austérité imposés aux collectivités

 

Le Conseil général prévoit à son ordre du jour du vendredi 12 décembre le lancement d’un contrat de partenariat public-privé pour la rénovation de 8 collèges, sous le prétexte de l'urgence.  Cette opération s’inscrit aussi dans la mise en œuvre des politiques d’austérité avec la réduction des dotations de l’Etat aux collectivités territoriales.

A l’initiative du syndicat CGT du conseil général et de la Convergence37 de défense et développement des Services Publics, un débat public eu lieu le 2 décembre. Il a rassemblé largement des associations, des syndicats, des partis politiques, des élus du Conseil général et des citoyens.

 Le caractère contestable d’un choix qui participe d’un démantèlement de la mission de service public du Conseil général au profit du privé a été mis en évidence.

En effet, la collectivité publique pendant 20 ans paiera un loyer et n’aura plus la libre responsabilité de l’entretien des locaux rénovés et la pleine propriété des locaux qu’au terme du complet règlement !

Sur le plan financier, comme cela a été exposé, le coût risque d’être bien plus élevé et devra être supporté par la population.

Les PPP sont au bénéfice exclusif des grands groupes (Bouygues, Eiffage, Vinci, …) associés à des banques ou à des organismes financiers qui réaliseront les profits et imposeront à leurs multiples sous-traitants en cascade des prix à la baisse, étranglant ainsi financièrement les PME.

Le recours aux grands groupes est un choix délibéré, ainsi explicité lors de la réunion par les élus majoritaires du Conseil général : «faire travailler les petites entreprises locales leur fait courir un risque en cas de faillite».

La Convergence 37 de défense et développement des services publics appelle à un large rassemblement, agents du conseil général, associations et citoyens attachés à la défense du service public, élus et forces politiques pour demander le report de la décision de créer un partenariat public privé.

Ils demandent l’ouverture d’un espace de débat sur les alternatives en prenant appui sur les potentialités du service public et en privilégiant l’emploi local.

Elle dénonce par ailleurs l’asphyxie financière des services publics, leurs moyens sont amputés de 50 milliards au profit de nouvelles aides sans contreparties allouées aux grandes entreprises, bénéficiaires en grande partie de ce pactole.

 

Rassemblement le vendredi 12 décembre à 12H place de la préfecture devant le Conseil général avec prises de parole des organisations. 

 

Repost 0
Published by convergence services publics 37 - dans actualité
commenter cet article
8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 14:11

Non au Partenariat-Public-Privé pour Les collèges d’Indre et Loire et aux budgets d’austérité imposés aux collectivités

 

Le Conseil général prévoit à son ordre du jour du vendredi 12 décembre le lancement d’un contrat de partenariat public-privé pour la rénovation de 8 collèges, sous le prétexte de l'urgence.  Cette opération s’inscrit aussi dans la mise en œuvre des politiques d’austérité avec la réduction des dotations de l’Etat aux collectivités territoriales.

A l’initiative du syndicat CGT du conseil général et de la Convergence37 de défense et développement des Services Publics, un débat public eu lieu le 2 décembre. Il a rassemblé largement des associations, des syndicats, des partis politiques, des élus du Conseil général et des citoyens.

 Le caractère contestable d’un choix qui participe d’un démantèlement de la mission de service public du Conseil général au profit du privé a été mis en évidence.

En effet, la collectivité publique pendant 20 ans paiera un loyer et n’aura plus la libre responsabilité de l’entretien des locaux rénovés et la pleine propriété des locaux qu’au terme du complet règlement !

Sur le plan financier, comme cela a été exposé, le coût risque d’être bien plus élevé et devra être supporté par la population.

Les PPP sont au bénéfice exclusif des grands groupes (Bouygues, Eiffage, Vinci, …) associés à des banques ou à des organismes financiers qui réaliseront les profits et imposeront à leurs multiples sous-traitants en cascade des prix à la baisse, étranglant ainsi financièrement les PME.

Le recours aux grands groupes est un choix délibéré, ainsi explicité lors de la réunion par les élus majoritaires du Conseil général : «faire travailler les petites entreprises locales leur fait courir un risque en cas de faillite».

La Convergence 37 de défense et développement des services publics appelle à un large rassemblement, agents du conseil général, associations et citoyens attachés à la défense du service public, élus et forces politiques pour demander le report de la décision de créer un partenariat public privé.

Ils demandent l’ouverture d’un espace de débat sur les alternatives en prenant appui sur les potentialités du service public et en privilégiant l’emploi local.

Elle dénonce par ailleurs l’asphyxie financière des services publics, leurs moyens sont amputés de 50 milliards au profit de nouvelles aides sans contreparties allouées aux grandes entreprises, bénéficiaires en grande partie de ce pactole.

 

Rassemblement le vendredi 12 décembre à 12H place de la préfecture devant le Conseil général avec prises de parole des organisations. 

Repost 0
Published by convergence services publics 37 - dans actualité
commenter cet article
8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 14:11

Non au Partenariat-Public-Privé pour Les collèges d’Indre et Loire et aux budgets d’austérité imposés aux collectivités

 

Le Conseil général prévoit à son ordre du jour du vendredi 12 décembre le lancement d’un contrat de partenariat public-privé pour la rénovation de 8 collèges, sous le prétexte de l'urgence.  Cette opération s’inscrit aussi dans la mise en œuvre des politiques d’austérité avec la réduction des dotations de l’Etat aux collectivités territoriales.

A l’initiative du syndicat CGT du conseil général et de la Convergence37 de défense et développement des Services Publics, un débat public eu lieu le 2 décembre. Il a rassemblé largement des associations, des syndicats, des partis politiques, des élus du Conseil général et des citoyens.

 Le caractère contestable d’un choix qui participe d’un démantèlement de la mission de service public du Conseil général au profit du privé a été mis en évidence.

En effet, la collectivité publique pendant 20 ans paiera un loyer et n’aura plus la libre responsabilité de l’entretien des locaux rénovés et la pleine propriété des locaux qu’au terme du complet règlement !

Sur le plan financier, comme cela a été exposé, le coût risque d’être bien plus élevé et devra être supporté par la population.

Les PPP sont au bénéfice exclusif des grands groupes (Bouygues, Eiffage, Vinci, …) associés à des banques ou à des organismes financiers qui réaliseront les profits et imposeront à leurs multiples sous-traitants en cascade des prix à la baisse, étranglant ainsi financièrement les PME.

Le recours aux grands groupes est un choix délibéré, ainsi explicité lors de la réunion par les élus majoritaires du Conseil général : «faire travailler les petites entreprises locales leur fait courir un risque en cas de faillite».

La Convergence 37 de défense et développement des services publics appelle à un large rassemblement, agents du conseil général, associations et citoyens attachés à la défense du service public, élus et forces politiques pour demander le report de la décision de créer un partenariat public privé.

Ils demandent l’ouverture d’un espace de débat sur les alternatives en prenant appui sur les potentialités du service public et en privilégiant l’emploi local.

Elle dénonce par ailleurs l’asphyxie financière des services publics, leurs moyens sont amputés de 50 milliards au profit de nouvelles aides sans contreparties allouées aux grandes entreprises, bénéficiaires en grande partie de ce pactole.

 

Rassemblement le vendredi 12 décembre à 12H place de la préfecture devant le Conseil général avec prises de parole des organisations. 

Repost 0
Published by convergence services publics 37
commenter cet article
8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 14:11

Non au Partenariat-Public-Privé pour Les collèges d’Indre et Loire et aux budgets d’austérité imposés aux collectivités

 

Le Conseil général prévoit à son ordre du jour du vendredi 12 décembre le lancement d’un contrat de partenariat public-privé pour la rénovation de 8 collèges, sous le prétexte de l'urgence.  Cette opération s’inscrit aussi dans la mise en œuvre des politiques d’austérité avec la réduction des dotations de l’Etat aux collectivités territoriales.

A l’initiative du syndicat CGT du conseil général et de la Convergence37 de défense et développement des Services Publics, un débat public eu lieu le 2 décembre. Il a rassemblé largement des associations, des syndicats, des partis politiques, des élus du Conseil général et des citoyens.

 Le caractère contestable d’un choix qui participe d’un démantèlement de la mission de service public du Conseil général au profit du privé a été mis en évidence.

En effet, la collectivité publique pendant 20 ans paiera un loyer et n’aura plus la libre responsabilité de l’entretien des locaux rénovés et la pleine propriété des locaux qu’au terme du complet règlement !

Sur le plan financier, comme cela a été exposé, le coût risque d’être bien plus élevé et devra être supporté par la population.

Les PPP sont au bénéfice exclusif des grands groupes (Bouygues, Eiffage, Vinci, …) associés à des banques ou à des organismes financiers qui réaliseront les profits et imposeront à leurs multiples sous-traitants en cascade des prix à la baisse, étranglant ainsi financièrement les PME.

Le recours aux grands groupes est un choix délibéré, ainsi explicité lors de la réunion par les élus majoritaires du Conseil général : «faire travailler les petites entreprises locales leur fait courir un risque en cas de faillite».

La Convergence 37 de défense et développement des services publics appelle à un large rassemblement, agents du conseil général, associations et citoyens attachés à la défense du service public, élus et forces politiques pour demander le report de la décision de créer un partenariat public privé.

Ils demandent l’ouverture d’un espace de débat sur les alternatives en prenant appui sur les potentialités du service public et en privilégiant l’emploi local.

Elle dénonce par ailleurs l’asphyxie financière des services publics, leurs moyens sont amputés de 50 milliards au profit de nouvelles aides sans contreparties allouées aux grandes entreprises, bénéficiaires en grande partie de ce pactole.

 

Rassemblement le vendredi 12 décembre à 12H place de la préfecture devant le Conseil général avec prises de parole des organisations. 

Repost 0
Published by convergence services publics 37
commenter cet article
14 novembre 2014 5 14 /11 /novembre /2014 08:38

Article paru dans Politis du 13 novembre 2014

 

Tribune : Contre l’austérité et le… coût du capital

Des syndicalistes, associatifs et politiques appellent à la manifestation du 15 novembre contre les orientations budgétaires du gouvernement.

 

À entendre François Hollande et Manuel Valls, leur politique n’est pas d’austérité… Certes, cela pourrait être pire encore. S’il appliquait à la lettre la règle d’or brandie par la Commission européenne, le gouvernement Valls devrait ajouter 28 milliards de baisse aux 21 milliards déjà rabotés pour 2015. Soit - 9,6 milliards pour la Sécurité sociale, - 7,7 milliards pour l’État et - 3,6 milliards pour les collectivités locales. Le suicide économique pourrait donc être deux fois plus rapide si on suivait les docteurs Diafoirus de Bruxelles. Auxquels, au passage, François Hollande a donné ce droit de contrôler notre budget en signant le TSCG, reniement inaugural de ses promesses de campagne. Mais la ponction de 50 milliards prévue pour les trois années à venir suffira à casser le moteur de l’économie. Pourquoi ? Parce que les politiques d’austérité budgétaire et salariale mises en œuvre entraînent toujours plus d’austérité. Il faut être un libéral, comme Michel Sapin, pour s’étonner que la croissance se révèle plus faible que prévue. En abandonnant la perspective de baisse du chômage pour les prochains mois, François Rebsamen a d’ailleurs confirmé l’échec de cette politique. Et ce n’est pas mieux en ce qui concerne les déficits, au nom de la baisse desquels cette politique est pourtant imposée. Or, le pire arrive. Cette fois la loi de programmation budgétaire pour les prochaines années s’attaque pour de bon aux dépenses publiques. Car si, depuis 2011, la politique restrictive a « coûté » 3,5 points de PIB et a réduit la croissance de 4,5 %, supprimant 600 000 emplois, c’est surtout par la hausse des impôts  [1]. L’augmentation de la dépense publique a certes fléchi, mais c’est quand même elle qui a permis au PIB d’augmenter sur les trois dernières années, la demande du privé étant dramatiquement orientée à la baisse. Il est plus que temps de rappeler que les dépenses publiques… rapportent au pays. C’est ce dernier moteur que le gouvernement veut désormais étouffer. Avec des conséquences catastrophiques dans tous les secteurs.

Pour les services de l’État : avec la suppression de milliers de postes dans tous les services, à l’exception de l’éducation nationale, de la sécurité et de la justice ; une baisse des moyens pour des services en théorie prioritaires : écologie (- 6 %) ; travail et emploi (baisse cumulée de 14 % par rapport à 2014) ; la stagnation des dépenses de fonctionnement ou d’intervention obligeant à réduire l’action publique dans la culture, le sport, etc. La baisse de l’investissement public, estimée à 4,4 % en volume pour 2015, va anéantir toute relance dans des secteurs essentiels comme celui, sinistré, du logement. Pour les collectivités locales, une nouvelle diminution des dotations de 3,7 milliards par an, soit 11 milliards d’ici à 2017, se traduira par un affaissement accru de leurs investissements. Sans compter la baisse des budgets alloués aux associations, largement mises à contribution pour assurer des missions normalement dévolues à la puissance publique. Côté santé, le gouvernement compte économiser 20 milliards d’euros sur les dépenses de protection sociale. Les attaques contre l’hôpital public vont s’amplifier avec une nouvelle réduction des dépenses de 520 millions d’euros ! Sa restructuration aboutit, en particulier, à la fermeture de nombreuses maternités et de centres d’IVG. Enfin, la majorité des députés socialistes ont mis à mal l’universalité des allocations familiales. Soit l’ouverture d’une boîte de Pandore, dans laquelle il est à craindre que s’engouffrent à l’avenir tous ceux qui aspirent à détruire les derniers mécanismes de solidarité hérités de la Libération.

Cette baisse de protections sociales ne peut d’ailleurs que s’amplifier : les exonérations de cotisations patronales provoqueront inévitablement les « trous » des comptes sociaux de demain. On touche là à un autre aspect de cette politique d’austérité. Où va l’argent économisé ? À réduire certes les déficits – on n’aura pas la place ici de détailler la stupidité d’une politique obnubilée par cette baisse ni de revenir sur l’illégitimité d’une dette très largement due à la transformation de la dette privée en dette publique à partir de 2008 – mais aussi à palier les cadeaux royaux accordés aux entreprises sans contreparties : 40 milliards ponctionnés sur la richesse collective. Et ce pour aucun bénéfice (ni sur le chômage ni sur l’investissement), sauf pour les actionnaires et les revenus du capital. Car le fond de cette politique de « compétitivité » est bien là : maintenir la « confiance » des investisseurs et de la finance. Or, le coût du capital et l’austérité sont les deux mamelles du libéralisme. C’est contre eux que nous appelons à manifester, le 15 novembre, à Paris et dans les grandes villes de France, pour dire que le budget qui les favorise doit être rejeté. Une alternative sociale, écologique et politique est indispensable. 

Nota Bene :

Cosignataires : Isabelle Attard, Nouvelle Donne ; Clémentine Autain, Ensemble ! ; Ana Azaria, présidente de Femmes égalité ; Jean-Marc Canon, secrétaire général de l’Union générale des fédérations de fonctionnaires CGT ; Éric Coquerel, Parti de gauche ; Olivier Dartigolles, PCF ; Patrick Hallinger, Convergences services publics ; Liêm Hoang Ngoc, Socialistes affligés ; Jérôme Gleizes, EELV ; Christiane Marty, féministe ; Françoise Nay, militante de l’hôpital public ; Willy Pelletier, Fondation Copernic ; Baptiste Talbot, secrétaire général de la fédération CGT des services publics ; Malika Zediri, APEIS.

Repost 0
Published by convergence services publics 37
commenter cet article
14 novembre 2014 5 14 /11 /novembre /2014 08:27
Indre-et-Loire - Politique

Un Collectif 3A pour " alternative à l'austérité "

14/11/2014 05:26
 
Une nouvelle structure politique est née : le Collectif 3A, « alternative à l'austérité ». Cette naissance est la conséquence locale d'un mouvement national qui veut rassembler toutes les forces sociales et politiques d'une gauche qui ne se reconnaît pas dans celle qui exerce le pouvoir.

C'est ainsi qu'au niveau local, le Collectif 3A regroupe l'association Attac, certaines sections de la CGT, Convergence Services publics, Collectif Santé, GU, le PCOF, le PCF, le MRC, NPA et Ensemble, avec le soutien de la sénatrice Marie-France Beaufils. Et d'autres partis s'associent aux actions que le collectif va engager (POI, EELV, Front de gauche), avant peut-être de décider de participer au collectif. Un collectif qui se veut ouvert à tous les citoyens.
Tous les participants ont souligné l'urgence de s'impliquer dans deux directions : s'opposer fermement à la politique libérale mise en place par l'actuel gouvernement, en application des exigences du patronat et de la finance. Selon les participants, c'est une politique qui accentue le chômage, la pauvreté et l'exclusion, qui tend à faire disparaître toutes les conquêtes sociales. Et c'est de surcroît une politique qui ne marche pas, comme le montrent les exemples grecs et espagnols.

Manifestation ce samedi à Tours

Cette situation d'urgence appelle une action immédiate sans attendre les échéances électorales : c'est pour cela que le Collectif 3A appelle à manifester ce samedi 15 novembre (avec le soutien du POI, du Front de gauche et d'Europe Écologie Les Verts). Un autre rendez-vous de protestation est prévu le 27 novembre à Château-Renault.
Pour autant, le collectif n'entend pas rester dans le seul rôle de force d'opposition. Pour s'inscrire dans la durée, il veut être le creuset d'une réflexion collective et ouverte, visant à proposer de vraies solutions alternatives. Ces deux axes, protestations et propositions, sont indissociables aux yeux des membres du Collectif 3A.

Rassemblement samedi 15novembre à 15 h, place Jean-Jaurès à Tours. Marche contre l'austérité jeudi 27 novembre, à 18 h 30, à Château-Renault, entre l'entreprise Radiall et la place Jean-Jaurès.

 

 

 
 
 
 
Repost 0
Published by convergence services publics 37
commenter cet article
13 novembre 2014 4 13 /11 /novembre /2014 18:21

Communiqué du Collectif 3A – 13 novembre

JOURNEE DE MANIFESTATIONS DU 15 NOVEMBRE :

UNE PREMIERE VICTOIRE

 

La journée de manifestations du samedi 15 novembre appelée par le collectif 3A constitue d’ores et déjà un succès. Jamais en effet depuis l’élection de François Hollande aucun appel de ce type  n’avait rencontré une telle diversité de signataires. A Paris comme dans une vingtaine de grandes villes françaises dont Toulouse, Bordeaux, Nantes, Lyon, Strasbourg, Metz, Nice, Limoges etc… manifesteront unis syndicats, associations, partis politiques, personnalités.

Après le premier appel de 250 signataires, ce sont en effet plus de 70 organisations qui se mobilisent aujourd’hui pour dire non au budget du gouvernement Valls-Hollande, non aux exigences du Medef, pour une alternative sociale, écologique et démocratique à la politique actuelle.

Le collectif3A appelle aussi dans ces manifestations à protester contre la criminalisation et la répression accrue des mouvements sociaux, écologiques et citoyens et à exiger la vérité et les sanctions au plus haut niveau de l'Etat suite à la mort de Rémi Fraisse.

La manifestation parisienne partira de Denfert-Rochereau à 14 heures.

La liste des autres manifestations se trouve sur le lien suivant : http://www.collectif3a.org/?page_id=153

 

Ceux qui appellent au 15 novembre (liste établie au 13 au matin).

Les 300 premiers signataires : http://www.collectif3a.org

Les organisations :

Syndicats :

CGT :

URIF-CGT (Ile-de-France) (UD CGT 75, UD CGT 94, UD CGT 91, UD CGT 92), 

UD CGT de la Marne, Ariège, Haute-Garonne, Loire-Atlantique, Puy-de-Dôme, Hautes-Pyrénées, Pyrénées orientales, Seine-Maritime, Tarn et Garonne, UL CGT Roissy, Arles et Metz

CGT de la Culture, CGT Finances,  Fédération de l’équipement et de l’environnement CGT
, Fédération des organismes sociaux CGT, 
Fédération des services publics CGT, Fédération Nationale des Industries Chimiques CGT
, Filpac – CGT, Syndicat National CGT de la Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (SNACCRF-CGT), Syndicat National des Agents des Douanes CGT (SNAD-CGT)
, Syndicat National des journalistes CGT (SNJ-CGT)
,  Union Générale des Fédération de Fonctionnaires CGT, Union Syndicale CGT Commerce et Services de Paris, CGT pôle emploi Ile de France, Fédération nationale agriculture et forêt (FNAF), Syndicat national travail emploi formation professionnelle

FSU : SNPES PJJ-FSU, SNUITAM-FSU
, SNUPDEN-FSU, SNU Pole emploi-FSU, FSU Doubs, FSU Haute-Garonne, FSU Gironde, FSU Pyrénées Orientales, FSU Haute-Savoie, FSU Loire-Atlantique, FSU Oise et FSU Seine St Denis

Solidaires : sud-energie, et aux manifestations de leurs départements : Solidaires 63, Solidaires Rhône, Solidaires Loire-Atlantique, syndicat sud du Conseil Général de Moselle

UNEF : AGE UNEF Clermont Ferrand
, AGE de l’ENS 

Partis : Front de Gauche, NPA, Nouvelle Donne, Gauche d’EELV, les socialistes affligés,  des membres du BN du MJS et, sur leurs bases, Alternative Libertaire et  le POI.

 

Associations : AC!, ANECR, APEIS, ATTAC, AC!, CADTM, Convergences des services publics, Fondation Copernic, DAL, les Ef-fronté-e-s , Féminisme enjeux, Femmes égalité, La Gauche Par l’exemple, l'association Lesbiennes of color (LOCs), MNCP, MRAP, Rencontres sociales, Sortir du Colonialisme

 

 

Repost 0
Published by convergence services publics 37
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de convergencesp37.over-blog.com
  • Le blog de convergencesp37.over-blog.com
  • : agir pour les services publics et biens communs
  • Contact

Recherche

Liens