Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 janvier 2015 2 20 /01 /janvier /2015 08:00
Appel au rassemblement le 21 janvier à 15h place de la préfecture

2190* animaux concentrés dans la même usine à lait sur la commune de Monts. Il s’agit d’un projet d’agrandissement d’un élevage pour porter le nombre d’animaux à 420vaches laitières, 210 taurillons, 260 génisses, 900 chèvres et 400 chevrettes.

C’est 10 586 m3* de lisier et 4 142 m3* d’effluents liquide à épandre sur 883,98 ha* de terre répartie sur 7 communes d’Indre-et-Loire en polluant l’air, le sol, les nappes et les rivières,

c’est des transports lourds sur de longues distances et l’importation de nourriture.

A l’issue de l’enquête publique sur l’agrandissement du GAEC « La Tardivière » sur la commune de Monts, une première réunion avait eu lieu devant la mairie. Cette première manifestation a permis à de nombreuses personnes présentes d’être informées de ce projet et de prendre conscience des enjeux.

Afin d’informer plus largement la population sur les impacts environnementaux et sociétaux, un groupe d’habitants de Monts et des environs ont créé un collectif ; « Des fermes, pas des usines ». Malgré le refus de Madame le Maire de mettre une salle à disposition, ils se sont rassemblés devant la mairie de Monts le 8 janvier à 18h30 pour évoquer et commenter les quatre réserves faites par le commissaire enquêteur, entre autre : " Prendre en compte les remarques et observations de l’avis de l’autorité environnementale et de l'ARS".

En effet, le Préfet de la Région Centre, en tant qu’Autorité Environnementale, est particulièrement critique sur la protection de la ressource en eau et de la pollution par les nitrates et le phosphore en particulier à proximité de ZPS (Zone de Protection Spéciale) et de SIC (Site d’Intérêt Communautaire). Les 7 communes sont toutes classées en zone sensible à l’eutrophisation. Le préfet de la Région Centre s’inquiète aussi du manque d’étude sur la nappe des sables du Cénomanien qui est classée en Zone de Répartition des Eaux (ZRE) déjà en déficit quantitatif structurel. De plus, il trouve « regrettable que la quantité d’ammoniac émise annuellement dans l’atmosphère (...) ne soit pas quantifiée » alors que « les impacts potentiels sur l’Homme liés aux concentrations en ammoniac dans l’air » sont examinés « assez brièvement ».

A cela, il convient d’ajouter les interrogations sur la santé et le bien-être animal, sur la qualité du lait et de la viande, et les certitudes sur la destruction des emplois dans les petites fermes qui vont disparaître, contre la création d’un seul emploi en plus des trois pétitionnaires. C’est aussi l’acheminement de presque la moitié de la nourriture qui ne peut pas être produite dans la propriété. C’est encore l’importation de « compléments alimentaires » de provenance inconnue (probablement étrangère issue de plantes génétiquement modifiées).

Il appartient maintenant au Préfet d’Indre-et-Loire de donner son autorisation ou non pour cette installation.

Afin d’informer la population et d’exposer leur point de vue, les membres du collectif « des fermes, pas des usines » ont prévu d’organiser un rassemblement sur la place de la préfecture le mercredi 21 janvier à 15h et ont demandé audience au Préfet.

* Source : Dossier de l’enquête publique

Le collectif de Citoyens « Des fermes, pas des usines » soutenu par :

La Confédération Paysanne, l’ASPIE (Association pour la Santé, la Protection et l’Information sur

l’Environnement), QVGC et PR (Qualité de la Vie en Gâtine-Choisille et Pays de Racan) Nouvelle Donne, le

Parti de Gauche, EELV (Europe Ecologie Les Verts), ATTAC et AMAPs.

Affichage de 150104 communiquu00E9 de presse La Tardiviu00E8re long.doc

150104 communiquu00E9 de presse La Tardiviu00E8re long.doc

Page 1 sur 1

Communiqué de presse

Appel au rassemblement le 21 janvier à 15h place de la préfecture

2190* animaux concentrés dans la même usine à lait sur la commune de Monts.

Il s’agit d’un projet d’agrandissement d’un élevage pour porter le nombre d’animaux à 420

vaches laitières, 210 taurillons, 260 génisses, 900 chèvres et 400 chevrettes.

C’est 10 586 m3* de lisier et 4 142 m3* d’effluents liquide à épandre sur 883,98 ha* de terre

répartie sur 7 communes d’Indre-et-Loire en polluant l’air, le sol, les nappes et les rivières,

c’est des transports lourds sur de longues distances et l’importation de nourriture.

A l’issue de l’enquête publique sur l’agrandissement du GAEC « La Tardivière » sur la commune de Monts,

une première réunion avait eu lieu devant la mairie. Cette première manifestation a permis à de nombreuses

personnes présentes d’être informées de ce projet et de prendre conscience des enjeux.

Afin d’informer plus largement la population sur les impacts environnementaux et sociétaux, un groupe

d’habitants de Monts et des environs ont créé un collectif ; « Des fermes, pas des usines ». Malgré le refus

de Madame le Maire de mettre une salle à disposition, ils se sont rassemblés devant la mairie de Monts le

8 janvier à 18h30 pour évoquer et commenter les quatre réserves faites par le commissaire enquêteur, entre

autre : « Prendre en compte les remarques et observations de l’avis de l’autorité environnementale et de

l’ARS. » En effet, le Préfet de la Région Centre, en tant qu’Autorité Environnementale, est particulièrement

critique sur la protection de la ressource en eau et de la pollution par les nitrates et le phosphore en particulier

à proximité de ZPS (Zone de Protection Spéciale) et de SIC (Site d’Intérêt Communautaire). Les 7 communes

sont toutes classées en zone sensible à l’eutrophisation. Le préfet de la Région Centre s’inquiète aussi du

manque d’étude sur la nappe des sables du Cénomanien qui est classée en Zone de Répartition des Eaux

(ZRE) déjà en déficit quantitatif structurel. De plus, il trouve « regrettable que la quantité d’ammoniac émise

annuellement dans l’atmosphère (...) ne soit pas quantifiée » alors que « les impacts potentiels sur l’Homme

liés aux concentrations en ammoniac dans l’air » sont examinés « assez brièvement ».

A cela, il convient d’ajouter les interrogations sur la santé et le bien-être animal, sur la qualité du lait et de la

viande, et les certitudes sur la destruction des emplois dans les petites fermes qui vont disparaître, contre la

création d’un seul emploi en plus des trois pétitionnaires. C’est aussi l’acheminement de presque la moitié

de la nourriture qui ne peut pas être produite dans la propriété. C’est encore l’importation de « compléments

alimentaires » de provenance inconnue (probablement étrangère issue de plantes génétiquement modifiées).

Il appartient maintenant au Préfet d’Indre-et-Loire de donner son autorisation ou non pour cette installation.

Afin d’informer la population et d’exposer leur point de vue, les membres du collectif « des fermes, pas des

usines » ont prévu d’organiser un rassemblement sur la place de la préfecture le mercredi 21 janvier à 15h et

ont demandé audience au Préfet.

* Source : Dossier de l’enquête publique

Le collectif de Citoyens « Des fermes, pas des usines » soutenu par :

La Confédération Paysanne, l’ASPIE (Association pour la Santé, la Protection et l’Information sur

l’Environnement), QVGC et PR (Qualité de la Vie en Gâtine-Choisille et Pays de Racan) Nouvelle Donne, le

Parti de Gauche, EELV (Europe Ecologie Les Verts), ATTAC et AMAPs.

1 sur 1

Affichage de 150104 communiquu00E9 de presse La Tardiviu00E8re long.doc

Affichage de 150104 communiquu00E9 de presse La Tardiviu00E8re long.doc

Partager cet article

Repost 0
Published by convergence services publics 37
commenter cet article

commentaires

Estelle 21/02/2015 17:40

Merci de signer et relayer la pétition : http://www.mesopinions.com/petition/nature-environnement/ferme-usine-monts-37/13776
Réunion publique le 3 mars à 20h salle Jacques Brel rue Olla à Joué lès Tours
VENEZ NOMBREUX

Présentation

  • : Le blog de convergencesp37.over-blog.com
  • Le blog de convergencesp37.over-blog.com
  • : agir pour les services publics et biens communs
  • Contact

Recherche

Liens